1er magazine de la Réunion et de l'Océan Indien

mon patron est un manipulateur

Mon patron est un manipulateur, comment le contrer sans y laisser ses plumes ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

La « manipulation », c’est l’art d’amener quelqu’un à penser ou à agir comme on le voudrait. Tout le monde manipule : vous, votre conjoint et même votre enfant (le bébé manipule ses parents dès deux mois pour attirer leur attention). Dans tous les cas, manipuler témoigne d’un besoin. Mais être manipulé également. Pas de bourreau sans victime, pas de maître sans esclave, comme dit l’adage. Le manipulateur utilise l’illusion pour mieux vous asservir : il prêche le vrai et le faux. Son credo? Diviser pour mieux régner, car il a besoin de reconnaissance. Il n’a pas de remords, car selon lui, il est dessus des lois, bien que pourtant il fera tout pour ne pas se faire attraper. C’est aussi un ange devant un groupe, mais un tyran dans la relation individuelle. Son petit plaisir ? Flatter l’autorité pour plus avoir toute liberté à écraser les plus faibles. Évoquons ensemble la façon dont l’on pourra se protéger de la manipulation de son supérieur hiérarchique.

 

Il convient de poser quelques constats, questions et d’agir en conséquence.

 

  • Je ne me reconnais plus : en effet, ai-je été amené consciemment ou non, à dire des choses ou à réaliser des actes qu’habituellement je n’aurais pas commis ? L’autre me demande de faire des choses que je ne faisais pas d’ordinaire ; pour cela il m’incrimine, me culpabilise, utilise mes valeurs professionnelles ou ses connaissances sur ma vie privée. Vous êtes alors en état de « dissonance cognitive » : d’un côté vous voulez faire plaisir, mais de l’autre, cela ne vous ressemble pas.

 

  • Suis-je la seule personne concernée par ces demandes ? Si oui, il y a tout intérêt à se poser des questions. Mais il se pourrait aussi que mes collègues soient victimes de mêmes faits et qu’ils préfèrent se taire par peur. Auquel cas, je dois oser poser des questions à mon entourage professionnel, je dois « enquêter ».

 

  • Suis-je souvent rabaissé(e), incriminé(e), humilié(e) : le manipulateur allie la valorisation (rarement) et la dévalorisation (souvent). Dès qu’il vous valorise, vous vous questionnez sur vous et pardonnez ce qu’il a pu faire ou dire. Et ainsi de suite, le processus continu. La dépersonnalisation se profile…Vous ne savez plus qui vous êtes ni comment vous comporter.

 

  • Passez à l’action : demandez un entretien avec le manipulateur. Il faut lui montrer que vous ne supportez plus ce petit jeu et que vous n’êtes pas dupe. Le manipulateur ne manipule que lorsqu’il sait qu’il peut se le permettre. Mais faites cette démarche seulement après avoir réalisé des écrits, des mails. En effet, la relation avec le manipulateur se passe toujours à l’oral, car il sait bien que « les paroles s’envolent et que les écrits restent ». Aussi, à chaque remarque désobligeante, conflit, faite toujours un mail vers lui pour lui montrer que vous prenez acte tout en montrant que vous n’acceptez pas telle ou telle chose en vertu de vos valeurs, du code du travail, etc…Rappelez dans le mail ce qu’il vous a dit ou fait (les circonstances) de façon à conserver une trace écrite, très précieuse si vous décidez de faire valoir vos droits auprès des instances. Le cas échéant, envoyer en copie à votre délégué du personnel.

 

  • Ne jamais jouer à son jeu : ne le manipulez pas à votre tour, car cela irait à l’encontre de vos valeurs. De plus, il est certainement plus aguerri que vous dans ce domaine et vous y laisserez des plumes, c’est certain. Le manipulateur est un chat qui joue avec sa proie ; refusez le jeu et montrez-le.

 

 

  • Parlez : toujours parler aux autres, collègues, amis, famille, médecin traitant et…psychologue. Seul(e), c’est souvent très difficile de faire le poids, car il s’agit de votre supérieur hiérarchique et que comme tout salarié(e), vous souhaitez sa reconnaissance de votre travail, de vos compétences…C’est humain. Mais vous êtes en position de faiblesse, tant psychique qu’économique et lui, le sait très bien.

 

  • Accepter le combat : faire face à un manipulateur est un vrai combat psychologique qui vous implique, mais aussi couple et famille…Ces derniers doivent vous soutenir, mais ils ont leurs limites. Ils ne vivent pas ce que vous vivez et surtout se retrouvent en situation d’impuissance (d’où certaines fois, des réactions d’agacement de leur part). Là est l’intérêt de consulter un psychologue spécialisé.

 

  • Et partir ? Partir ce n’est pas nécessairement fuir, c’est surtout sauver sa peau ! Il n’y a aucune fierté, aucune gloire, à rester dans un environnement où l’on chercherait à vous pousser à la faute et où l’on ne vous respecte pas. Car « burn-out » (épuisement professionnel) et psycho-traumatisme impactent sur votre vie de tous les jours (dépression : perte ou excès d’appétit, trouble du sommeil, manque d’énergie et d’entrain, idées noires…). Il faut envisager de quitter une entreprise, des collègues, sans remords quand on estime avoir tout fait pour que la relation s’améliore. Mais sachez partir avec la tête haute : avec un manipulateur, vous avez une chance sur deux d’avoir le dessus. Car c’est souvent, « le pot de terre contre le pot de fer ». Toutefois, une sortie, cela se prépare : la prise de recul est obligatoire, tout comme souvent le deuil de son entreprise.

 

Il conviendra également que vous vous remettiez en question : un manipulateur flaire ses « proies ». Il sait dès les premières secondes, en analysant votre gestuelle, votre tonalité vocale s’il peut jouer avec vous ou non. Envisagez un travail sur votre estime de vous-même, votre confiance en vous et dans le monde pour vous renforcer face à l’auteur, mais aussi pour vous prémunir d’autres manipulateurs que vous seriez amené à rencontrer. Il vous faudra ainsi comprendre pourquoi vous en êtes arrivé à être cette victime, vous reconstruire et surtout vous « armer » pour plus tard.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également