1er magazine audio audio audio de la Réunion et de l'Océan Indien

Une femme qui se pose des questions sur l'argent

Investir pour l’avenir : pourquoi est-ce difficile pour les femmes ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Qui a dit que la finance et l’investissement étaient un monde d’hommes ? C’est de moins en moins le cas aujourd’hui, car beaucoup de femmes s’intéressent à ces domaines. Elles sont de plus en plus à vouloir investir et s’assurer un avenir financier stable et indépendant. Le manque de parité salariale motivent d’autant plus ces intérêts. Souhaitant investir pour leur propre épargne et se constituer un patrimoine, les femmes se retrouvent pourtant confrontées à des difficultés et de nombreux obstacles comparé aux hommes. Cependant qu’est-ce qui motive les femmes à investir ? Quels sont ces obstacles qui peuvent se dresser face aux femmes ? La Woman Mag se penche sur ces questions pour vous livrer cette réalité derrière un domaine perçu comme masculin.

 

 

1)    Une vie beaucoup plus coûteuse que celle des hommes

 

De nombreuses études ont révélé que la vie d’une femme coûte beaucoup plus chère au quotidien. Même si les femmes gagnent mieux leur vie aujourd’hui, il n’en est pas moins réel que leur quotidien est plus onéreux que celui des hommes. Vous pouvez d’ailleurs jeter un coup d’œil à cet article de la Woman Mag revenant sur cette triste réalité économique: (https://la-woman-mag.com/et-si-la-vie-dune-femme-coutait-plus-cher/).

 

Outre les différentes études, il est inutile d’aller loin dans les statistiques pour constater nous-même le budget colossal de certains rituels esthétiques. En effet, une femme investit énormément dans son apparence : vêtements, produits de beauté, manucures, épilations, soins, coiffure… en respectant une certaine vision de la femme moderne qui prend soin d’elle. Or ce soin apporté au physique occupe un véritable investissement. D’ailleurs vous remarquerez que les produits de beauté pour femmes sont souvent plus chers que ceux des hommes alors qu’ils occupent la même fonction. On peut noter par exemple, la différence de prix entre la mousse à raser pour hommes et pour les femmes, alors qu’aucune différence concrète n’existe entre les produits. Cette différence s’explique par les achats plus nombreux des femmes sur le plan esthétique. Le marketing genré surfe sur cette vague pour faire le plus de profits possibles. Si de plus en plus de femmes se remettent en question sur leur rapport au corps, cela n’empêche pas la réalité des prix appliqués et des nombreuses publicités tournés autour de la beauté féminine. La vie d’une femme et ses investissement au quotidien tournent essentiellement autour du logement, de la sécurité financière de la famille, de ses responsabilités financières (assurances etc.), de son apparence et éventuellement de ses loisirs lorsque son budget le lui permet. Or, elles sont de plus en plus nombreuses à briser le plafond de verre (renvoie vers l’article de LWM) pour faire fructifier leur épargne et avoir leur propre patrimoine.

 

 

 

 

2)    Les obstacles à l’investissement féminin

 

Un véritable changement s’opère déjà depuis plusieurs années sur l’indépendance financière des femmes. Selon une étude de l’IFOP [1], les françaises bien que touchant à plus de 70 % un revenu inférieur à celui de leur conjoint, celles-ci sont en charge des décisions financières du foyer. Plus soucieuses de leurs économies et de leur budget, celles-ci sont minutieuses dans le suivi de leurs finances. La majorité d’entre elles épargnent sur un livret ou mobilisent cet argent pour leur foyer. L’émancipation et la liberté associées à la finance sont donc toutes relatives.  Les françaises cependant sont encore loin des investissements spéculatifs puisqu’elles ne représentent que 4 % à s’être tournées vers des projets de création d’entreprise par exemple. Seules 15 % des femmes interrogées détiennent par exemple des actions. On note une difficulté à investir et prendre des risques car leurs préoccupations sont tout de même centrées autour de la famille et du foyer, comme démontre l’étude de N26 à ce propos. [2] Or, ce souhait d’investir pour leur avenir est de plus en plus présent. Cependant, différents obstacles peuvent rendre difficile cette décision de se lancer dans l’investissement. Voici quelques-unes des principales difficultés rencontrées par les femmes en matière d’investissement :

  • L’écart salarial entre les sexes : Les femmes gagnent moins que les hommes dans presque tous les pays du monde, ce qui les désavantage lorsqu’il s’agit d’épargner pour la retraite ou d’autres objectifs à long terme.
  • Le manque d’éducation financière : Souvent, les femmes ne reçoivent pas d’enseignement sur les finances personnelles et les investissements à l’école, ce qui peut rendre difficile le démarrage d’un investissement. En effet, peu éduquées à prendre des risques, ce n’est pas une option qui est cultivée dans les différentes sociétés.
  • Les préjugés en matière d’investissement : Il existe un préjugé généralisé contre les femmes investisseures, ce qui peut rendre difficile pour les femmes d’obtenir les informations et les ressources dont elles ont besoin pour prendre des décisions d’investissement éclairées.

De nombreuses difficultés ne rendent pas accessibles l’investissement aux femmes. Entreprendre au féminin s’avère d’ailleurs difficile puisque celles-ci sont souvent peu accompagnées dans la connaissance de ce domaine. Souvent orientées vers les métiers rapportant aux fonctions domestiques (garderie, éducation, ménage…etc.) et au soin (infirmière, assistante sociale…). Ces écarts empêchent déjà nombre de femmes d’accéder aux bonnes informations sur les domaines de l’investissement et de la finance. Souvent écartées de ces questions, peu de femmes se lancent dans cette aventure. Pourtant, il est indispensable aujourd’hui qu’elles puissent accéder à ce nouveau moyen de s’assurer une sécurité financière. Face à l’instabilité du marché de l’emploi,  les femmes ont plus que jamais besoin de se concentrer sur leur avenir financier.

 

 

 

 

 

Conclusion

 

Gagner sa vie est donc aujourd’hui une liberté pour les femmes mais l’investissement financier n’est pas encore une option envisagée pour nombre de françaises. Centrées sur l’instant présent et l’épargne pour le foyer. Pourtant, lorsque les femmes se lancent dans l’investissement et la finance, les résultats sont prometteurs et voire même époustouflants comme le prouve par exemple Mélanie Biessy qui est directrice générale et associée du fonds d’investissement Antin IP. De ses fonds propres, celle-ci a acheté et rénové la salle emblématique de la Scala Paris, créant ainsi un théâtre d’art privé d’intérêt public. Les femmes ont un rôle déterminant à jouer dans l’investissement.

[1] https://www.ifop.com/publication/enquete-sur-le-rapport-des-femmes-a-largent/

[2]  https://n26.com/fr-fr/enquete-femmes-et-investissement

 

Rédactrice Emmanuelle Hess

 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également