Comment surmonter le « Baby Clash » ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

L’arrivée d’un enfant apporte très fréquemment son lot de turbulences : nouvelles habitudes, fatigue, stress, nouveau rythme, peur de ne pas être à la hauteur, difficulté à trouver ses marques… Devenir parents ne relève pas d’un talent inné et pour être à l’aise dans sa parentalité, il faut du temps. Face à ces chamboulements, il faut rester vigilant afin d’éviter le « Baby Clash ». Vous n’en avez jamais entendu parler ? La Woman Mag vous dit tout sur ce phénomène qui peut mener votre couple à sa perte après l’arrivée de bébé.

 

Renforcer la communication

 

Dans leur livre « Le Couple face à l’arrivée de l’enfant : Surmonter le baby-clash », le psychiatre Bernard Geberowicz et la journaliste Colette Barroux mettent l’accent sur la source de conflits que représente l’arrivée d’un bébé au sein du couple. Car cela peut être vraiment fabuleux, merveilleux et le fruit d’une longue attente, comme cela peut être fragilisant pour le couple. Ainsi, dans ce livre, il est conseillé de chercher par tous les moyens à renforcer son couple, à désamorcer les malentendus et à rétablir la communication.

 

Une bonne communication entre les nouveaux parents permet de clarifier les attentes de chacun, mais aussi et surtout, cela permet d’en savoir plus la santé mentale de l’autre, souvent malmenée après une naissance, en raison des chamboulements qu’elle apporte. Afin d’éviter toute séparation liée au baby clash, la communication reste l’étape clé pour conserver une relation saine. S’exprimer, partager à l’autre ses doutes, ses joies, ses peines, ses angoisses et ne pas juger les sentiments de l’autre sur cette nouvelle situation, sont des points fondamentaux.

 

 

Valoriser les rôles de chacun

 

Devenir parents, c’est devoir endosser un rôle pour lequel il n’y a pas de mode d’emploi. Pour que chacun puisse être à l’aise dans sa parentalité et ait l’envie de s’investir toujours plus et avec plaisir, il est essentiel de valoriser son nouveau rôle de père ou de mère.

 

Cela peut passer par des encouragements divers,  par des compliments sur la façon de gérer les pleurs, par des remerciements pour avoir suggéré une position à donner au bébé pour soulager ses maux de ventre, par le simple fait de souligner que vous êtes heureux de pouvoir faire équipe ensemble dans cette nouvelle aventure. L’idée est avant-tout de dédramatiser et de voir cette nouvelle parentalité comme un challenge à relever ensemble. Et pour atteindre à deux, victorieux, la ligne d’arrivée, il faut courir ensemble et s’assurer que l’autre tienne la course. Valoriser les rôles de chacun, c’est aussi prendre soin de l’autre, d’une certaine façon.

 

 

Prendre soin de l’intimité

 

Qui dit couple dit intimité. Et très souvent, l’une des grandes difficultés des nouveaux parents est de se souvenir qu’avant d’être parents, ils étaient de fougueux amoureux. Ainsi, malgré l’arrivée de bébé au sein de votre foyer, il est fondamental de conserver une place de choix pour votre relation amoureuse. Le psychiatre Bernard Geberowicz parle notamment de « la folie des 100 premiers jours », qui est en fait le délai nécessaire au couple pour comprendre que le territoire amoureux est envahi. Les trois premiers mois sont généralement selon lui une étape difficile durant laquelle les lingettes, les couches, tétines et chaussettes pour bébé sont éparpillés un peu partout, témoignant du chamboulement que la naissance provoque au sein du foyer.

 

Passé ce délai, le psychiatre explique que le couple a tout intérêt à renouer avec l’intimité, la sexualité et la sensualité, pour permettre au couple en tant que duo amoureux, de fonctionner au mieux. Sans parler de prendre des vacances sans bébé ou de s’absenter tous les week-ends pour partir à deux, il est crucial de redéfinir la sphère privée du couple, et de lui redonner sa place au sein du foyer, pour éviter le baby clash.

 


Téléchargez votre e-book !

 

 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également