1er magazine de la Réunion et de l'Océan Indien

Comment peut-on vaincre la peur de se tromper ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Prendre des décisions, qu’elles soient importantes ou moins importantes, implique un possible pourcentage d’erreur, à moins de faire un choix dont on connaissait les conséquences en avance. Certaines décisions à prendre peuvent ainsi s’avérer effrayantes et vous paralyser, ce qui conduit dans bien des cas aux doutes, à l’inaction, et à la culpabilité de ne pas avoir agi. Pour vous épanouir dans votre vie et aller de l’avant, il est donc fondamental de vaincre la peur de se tromper. La Woman Mag vous explique comment faire, dans ce tout nouvel article.

 

Se dire que les erreurs font partie de la vie

 

Vaincre la peur de se tromper passe inévitablement par l’acceptation de cette peur et par l’acceptation des erreurs probables. En admettant que la peur est inhérente à la nature humaine et que les erreurs sont parfois inévitables, vous vous autorisez à entrevoir l’échec : vous admettez la probabilité existante de vous tromper. Vous êtes, par essence, faillible et imparfaite. En ce sens, vous devez comprendre que tout le monde peut avoir peur et tout le monde peut faire des erreurs. Vous devez ainsi déculpabiliser.

 

Se tromper ne fait pas de vous une mauvaise personne, bien au contraire, et cela ne fige pas votre existence dans l’échec, de la même façon que les conséquences de vos erreurs ne sont pas définitives. Il y a toujours de belles solutions à exploiter même après un mauvais choix.

Se dire que les erreurs permettent de s’améliorer

 

Tout comme faire des erreurs est quelque chose qui peut arriver à tout le monde, les erreurs permettent aussi de vous améliorer. Que vous ayez pris une mauvaise décision sur le plan personnel ou professionnel, cette dernière vous permet de vous connaître davantage. En effet, elle met à l’épreuve votre résilience, elle mobilise vos connaissances, mais aussi votre capacité à gérer votre stress et vos émotions.

 

 

Aussi, se tromper est une bonne occasion d’acquérir de nouvelles compétences : il s’agit d’apprendre de la situation et d’apprendre de soi-même. D’un mauvais choix, il y a toujours un bénéfice à retirer.

Savoir rebondir après des erreurs

 

Pour vaincre la peur de se tromper, il peut être très intéressant de se questionner. Se soucier d’une éventuelle erreur n’a, en soir, rien de productif. Pour que ce soit intéressant, changez cette inquiétude en travail sur vous-même. L’introspection est très bénéfique pour connaître votre capacité à rebondir en cas de mauvais choix. Lorsque vous venez de prendre une décision et qu’elle s’avère négative, demandez-vous toujours comment vous auriez pu mieux faire, ou comment vous pouvez tirer quelconque bénéfice de ce mauvais choix.

 

Pour éviter de se tromper, il est important de se donner trois directives clés :

 

  • Prendre du temps avant toute prise de décision importante: ne prenez pas de décisions à la hâte. S’il s’agit de prendre une décision rapide, accordez-vous un délai de réflexion, qui vous permettra d’analyser la situation et de faire les ajustements nécessaires. La précipitation  n’est généralement pas bonne conseillère : elle vous pousse à agir sous le coup des émotions et non de la raison, ce qui peut conduire à un mauvais choix.

 

  • Réfléchir à cette décision dans un endroit calme, à l’abri de bruits parasites qui déconcentrent et empêchent de mobiliser pleinement vos capacités de réflexion. Il n’est pas bénéfique de faire un choix dans un environnement bruyant et qui favorise le stress. Isolez-vous quelques instants s’il le faut, allez prendre l’air, restez dans une pièce où vous vous sentez à l’aise, mais privilégiez le calme: il sera votre meilleur allié.

 

  • Se préparer à prendre la mauvaise décision: il ne s’agit pas ici de se décourager mais d’anticiper. Si la décision prise venait à être la mauvaise, quelles seraient les solutions pour y remédier, y aurait-il des solutions de repli, quelles seraient les conséquences, seraient-elles irrémédiables ? Questionnez-vous quant à la situation et dites-vous que dans tous les cas, vous avez toutes les capacités pour y faire face : vous avez sûrement déjà fait face à des situations similaires et les avez surmontées. Avec un peu de maîtrise de vous-même, vous parviendrez à faire face à la peur, à l’empêcher de vous paralyser et à prendre les meilleures décisions.

 

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également

La femme indépendante

La femme indépendante est un sujet qui pourrait être traité longuement et en de nombreux sens, tant il y aurait à dire. L’évolution des femmes