1er magazine de la Réunion et de l'Océan Indien

Couple : ce fameux «  Fallait demander ! » comment y remédier ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

« Fallait demander » ou encore « Pourquoi tu ne m’as rien dit, je t’aurais aidé ! » : vous connaissez ? Nombreuses sont les femmes qui ont déjà entendu ce genre de propos, conduisant irrémédiablement à la dispute ou à l’incompréhension. En effet, le fameux « Fallait demander » semble être davantage servi aux dames, victimes de ce que l’on nomme la charge mentale. Mais alors, ce « Fallait demander » est-il un son que vous êtes vouée à entendre pour le restant de vos jours ? Existe-t-il des moyens d’y remédier ? C’est ce que vous dévoile La Woman Mag dans cet article !

 

Pourquoi « Fallait demander » peut-il poser problème ?

 

Ces deux mots mettent en évidence un point crucial dans l’organisation du quotidien de la famille : le conjoint perçoit Madame comme celle qui est la seule en capacité de déléguer une tâche, donc de savoir ce qu’il faut faire.

De là découle une conclusion plutôt triste : c’est de sa faute, à elle, si les choses ne vont pas mieux, car elle n’a pas demandé d’aide. Dans les propos « Fallait demander », il y a donc une double problématique de culpabilité : premièrement du fait que Madame ne parvienne pas à tout gérer, deuxièmement parce que les choses auraient pu s’arranger si elle avait demandé, chose qu’elle n’a pas faite et donc les choses ont empiré. Un véritable cercle vicieux !

Ensuite, « Fallait demander » est lourd de sens du fait qu’il met en lumière que dans la majorité des couples, la femme soit la préposée à la gestion des corvées ménagères, de l’éducation des enfants, des repas, des courses, du foyer en général. En résumé, elle est vue, de façon très naturelle et logique, comme la responsable de tout. C’est une pression colossale qui est ainsi mise sur les épaules des femmes, en toute sérénité.

« Fallait demander » apparaît donc comme un moyen culpabilisateur de se dédouaner de toute responsabilité au sein du foyer.

En effet, une étude IPSOS a démontré qu’en 2018, 32% des hommes déclaraient faire les courses le plus souvent par rapport à leurs épouses, 29 % déclaraient préparer les repas le plus souvent et 13% déclaraient s’occuper des enfants le plus souvent. Au vu de ces chiffres, le partage égal des tâches est encore bien loin et la charge mentale a de beaux jours devant elle.

 

 

 

Quelles sont les solutions pour y remédier ?

 

La charge mentale est quelque chose d’éreintant pour les femmes. Pourtant, le fait que ce mal soit invisible n’aide pas les conjoints à en prendre pleinement conscience. Voici 3 pistes pour remédier au fameux « Fallait demander » :

 

  • Responsabiliser: changer les choses ne se résume pas à prendre une femme de ménage pour pallier les corvées. Car il s’agirait alors de déplacer le  problème. Le premier pas vers la résolution de la charge mentale est que les conjoints prennent leur part de cette charge mentale et leur part de responsabilités dans le foyer. Il s’agit pour eux d’accepter que Madame ne doive pas demander et qu’il faille faire, tout simplement.

 

  • Eduquer les enfants, le plus tôt possible au partage équitable des tâches. Ce qui est primordial, c’est d’expliquer très tôt aux petits garçons qu’il est tout simplement normal de ranger la maison , sa chambre, mettre la table ou encore faire son lit, quand on est un garçon. En grandissant, le petit garçon aura déjà intégré ces habitudes et les développera pour arriver, une fois en couple, à trouver normal de faire autant de choses au sein du foyer que son épouse.

 

  • Déculpabiliser : les femmes se sentent coupables en permanence des choses non faites dans la maison, soucieuses du bien-être de chacun. Alors quand en plus on ajoute une nouvelle culpabilité du fait que si les choses ne se résolvent pas, c’est parce qu’elles ne demandent pas, c’est certain, le problème s’alourdit. Il est ainsi important que les femmes lâchent prise et acceptent que ce qui n’est pas fait peut être fait plus tard, ou fait par le conjoint, sans lui rappeler. Il fait partie du foyer et doit s’apercevoir de lui-même de ce qui doit être fait. Et s’il faut en passer par une discussion en profondeur, alors soit !

 

Résoudre les problèmes liés à « Fallait demander » ne se fait malheureusement pas en deux jours. Il s’agit d’un travail qui concerne toutes les générations et à l’échelle de votre foyer, tout commence par une inévitable mise au point. Après tout, votre bien-être n’a-t-il pas plus de valeur que du linge plié ou qu’un coup de balai passé ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également

La femme indépendante

La femme indépendante est un sujet qui pourrait être traité longuement et en de nombreux sens, tant il y aurait à dire. L’évolution des femmes