1er magazine de la Réunion et de l'Océan Indien

Avoir un enfant : 10 points à clarifier avant de devenir parents

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Depuis toujours, vous avez une vision de la parentalité bien arrêtée, et votre conjoint aussi. Mais bien souvent, en prenant de l’âge, cette vision change, s’affine et vos valeurs, une fois bébé dans les bras, ne sont plus du tout les mêmes. Mais comment faire lorsque votre conjoint ne voit pas forcément la parentalité de la même façon ? Pour vous, La Woman Mag a répertorié 10 points clés sur lesquels s’entendre avant de devenir parents.

 

 

  • Protégez-vous des avis extérieurs. Une fois l’annonce de la grossesse passée, vous recevrez sans doute de nombreux conseils, et parfois même, des conseils un peu intrusifs. Il est ainsi primordial de s’attendre à recevoir de la part de l’entourage des avertissements, des récits d’expériences personnelles ou des recommandations qui peuvent vous perdre dans votre propre vision de la parentalité. Vos parents ont élevé leurs enfants à leur façon, ils doivent comprendre que vous aurez envie d’élever vos enfants selon vos valeurs. Expliquez-leur, tous les deux, que vous allez gérer ensemble, à merveille.

 

 

  • Oubliez les travers de votre enfance ! Il y a des familles où les difficultés passées ont installé une véritable peur de reproduire le schéma familial. L’absence d’un parent, un divorce chaotique ou encore des conflits familiaux omniprésents, et vous voilà en train de vous imaginer faire subir à votre enfant les souffrances que vous avez ressenties dans vos jeunes années. Vous n’êtes pas vos parents, et avoir connaissance d’une difficulté est un excellent point pour ne pas la reproduire.

 

 

  • Imposez-vous de respecter le caractère de l’enfant tout au long de l’éducation. Comme nous l’avons vu plus haut, vous vous imaginiez sans doute avec des rapports à l’enfant bien spécifiques, mais c’était sans compter sur le tempérament de votre petit chérubin… qui risque de bousculer totalement vos codes ! Adaptez vous à lui, et il s’adaptera à vous.

 

 

  • Acceptez que cela ne se passe pas toujours comme prévu. Il arrivera de façon inévitable des fois où vous et votre conjoint ne serez pas en accord et ne trouverez aucun terrain d’entente : par exemple sur la couleur d’un vêtement, un goûter à donner, le choix du siège auto ou tellement d’autres points. Parfois, laisser les choses aller comme elles se présentent est une bonne chose aussi.

 

 

  • Evoquez l’éducation positive. Très en vogue, la parentalité positive se veut éloignée de l’éducation qui fait usage de punitions. Souvent sujet de discorde entre deux parents, les punitions ne doivent pas vous éloigner dans la parentalité et il est important d’être en accord sur ce point. Quelles seront les punitions tolérées et celles à bannir ? Et dans quelles conditions ?

 

 

  • Parlez des écrans ! Quel couple ne s’est pas littéralement déchiré parce qu’un parent ne voyait pas le mal dans le fait de proposer les écrans à son tout petit, alors que l’autre trouvait ça intolérable ? Qu’il s’agisse de la tablette ou d’une vidéo amusante sur le smartphone, évoquer en amont le sujet des écrans peut vous permettre d’éviter bien des conflits et de trouver un juste milieu.

 

 

  • L’autonomie de l’enfant: de manière générale, votre enfant va évoluer si rapidement que les choses vous dépasseront parfois. Aussi, il n’est pas impossible que vous entendiez de la part de votre entourage ou de votre conjoint des phrases telles que « Tu pourrais l’aider, il est bien trop petit ! » ou « Il n’a pas l’âge pour ça ». Ranger son pyjama ou sa chambre, faire son petit déjeuner tout seul, se laver seul ou mettre la table, il y a autant de points qui ont un  rapport direct avec l’autonomie de votre tout petit et qui peuvent être sources de conflits entre parents. Autant en discuter en amont pour aider votre enfant à être autonome quand il sera prêt, sans prise de bec.

 

 

  • Préservez votre enfant des sujets sensibles. Un membre de la famille qui décède, la différence de sexe entre un garçon et une fille, les parents du meilleur copain qui divorcent… Vous l’aurez compris, les sujets sensibles comme la séparation, la mort, ou le sexe peuvent amener votre enfant à se questionner. Et à vous questionner. Pour répondre à votre tout petit avec de jolis mots et engager une discussion qui comble ses attentes, vous avez tout à gagner à en parler entre adultes bien avant ce moment fatidique !

 

 

  • La santé : nombreux sont les parents qui n’ont pas forcément la même vision des choses en ce qui concerne la prise de médicaments, d’antibiotiques, ou l’administration d’un vaccin. Nombreux sont les parents qui ne jurent que par l’homéopathie pour soigner un petit bobo ou un gros rhume. Peut-être en faites-vous partie ? Pour éviter tout désaccord avec votre tendre moitié, partagez vos points de vue et trouvez les solutions à mettre en place pour les futurs besoins de santé de votre enfant.

 

 

  • Valorisez le rôle de chaque parent. Etre parent, c’est un chemin pavé de petites difficultés au quotidien. Pour le parcourir avec plus de légèreté, il est fondamental que chaque parent soutienne l’autre, l’encourage et le félicite. Cela permet de progresser ensemble avec plaisir et bienveillance.

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également

Au secours je suis débordé !

Les professionnels en bien-être et en psychologie le soulignent depuis maintenant plusieurs années : la sensation d’être débordé touche de plus en plus de personnes, qu’elles