1er magazine de la Réunion et de l'Océan Indien

J’ai un nouveau compagnon. Comment et quand le présenter à ses enfants ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

La recomposition familiale n’est jamais chose facile. En général, lorsque cela coince, c’est du côté des enfants que cela se passe. Les raisons en sont pourtant très simples : l’enfant qui accueille son beau-père ou sa belle-mère passe par une multitude d’émotions, sous-tendues par des raisons plus ou moins inconscientes.

 

L’enfant peut par exemple :

  • Ressentir une angoisse d’abandon : après avoir « encaissé », la séparation de ses parents, le voilà contraint à devoir partager son père ou sa mère avec quelqu’un d’autre. Il y a parfois chez l’enfant, la peur d’être relégué au second plan, d’autant que lors de la séparation parentale, c’est souvent ce qu’il se passe : les parents, focalisés dans leurs souffrances, en oublient classiquement les émotions, le vécu psychique de leur enfant (cela dit, il est souvent difficile de faire autrement lorsque l’on soi-même prisonnier de ses tourments).
  • Avoir l’impression de trahir : en effet, accueillir positivement ce nouvel adulte, c’est possiblement trahir l’un de ses parents. D’autant que certains parents cultivent volontairement ou non cet état de fait et ainsi, encouragent leur enfant à détester le nouvel arrivant.
  • Se sentir coupable : l’enfant peut se dire qu’en accueillant le nouvel arrivant positivement, il annule les chances que ses parents se remettent un jour ensemble.
  • Accuser par erreur : l’enfant peut s’imaginer (avec ou non l’aide d’un de ses parents) que le nouvel arrivant est le responsable de la séparation du couple parental.

S’y rajoutent également les stades développementaux de l’enfant, auxquels il convient de prêter attention. En effet ces stades par lesquels passent tous les enfants, influencent énormément ces derniers dans leurs perceptions et leurs réactions face au monde :

  • Au stade oral : entre 0 et 2 ans, l’enfant veut fusionner avec l’instance maternelle (et inversement d’ailleurs).
  • Au stade anal : entre 2 et 5 ans, l’enfant est dans l’opposition.
  • Au complexe d’Oedipe, souvent à cheval avec le stade anal et entre 3 et 5-6 ans, l’enfant veut son parent du sexe opposé pour lui tout seul.
  • Au stade phallique : entre 5 et 7-8 ans, l’enfant impose sa propre personnalité.
  • Au stade de latence 7 et 10 ans : la personnalité est construite dans les grandesf lignes. L’on est plutôt dans une accalmie.
  • Au stage génital : aujourd’hui, dès 10-11, l’on rentre dans l’adolescence avec l’opposition et les sautes d’humeur que l’on connaît.

 

Partant de ce constat, comment faire au mieux ? Il s’agit de ménager la chèvre et le chou, position psychique hautement désagréable, d’autant que certaines fois, le nouvel amour tendrait à s’impatienter et à manquer de tolérance, d’empathie, se sentant rejeté pour des raisons qu’il ne connaît pas ou auxquelles il ne souhaite pas s’y intéresser.

Lorsque l’on rencontre quelqu’un après une séparation, il faut déjà ne pas être soi-même dans un processus de culpabilisation. La séparation étant posée, l’on ne trahit personne à aimer, d’autant que comme tous les sentiments, l’amour ne se contrôle pas.

« Légitimer » son nouveau couple aux yeux de tous (y compris auprès de sa propre famille et amis), permet à l’enfant de rester à sa place : car lui n’a pas à donner son avis sur le nouveau conjoint. Pour autant il n’est pas obligé d’être « ami » voire même de considérer ce nouvel adulte comme un « parent de substitution » (et de cela, il faut en parler à son enfant), mais il doit savoir être cordial, comme finalement avec n’importe quelle autre personne.

 

 

Ainsi avant de faire les présentations :

  • S’assurer de la qualité de la relation : est-ce une relation sérieuse, le conjoint veut-il se projeter avec vos enfants ?
  • Ne pas aller trop vite : s’être fréquenté en couple au moins un semestre avant de faire les présentations pourrait être intéressant. En effet, il s’agit d’apprendre à se connaître, pour limiter les risques de ne finalement présenter à son enfant que quelqu’un de « passage ».
  • S’absenter : en s’absentant de temps à autre, en disant à l’enfant qu’on fréquente quelqu’un, cela permet à l’enfant de progressivement s’habituer au concept.
  • Pas de mensonges : soyez claire avec votre enfant, s’il s’agit de votre nouveau compagnon, nouvelle compagne ; ne le (la) présentez pas comme un (e) simple ami (e).
  • Soyez progressif : d’abord des rencontres sur un temps court, dans un endroit extérieur au domicile et si possible avec un potentiel ludique. Puis, on augmente la fréquence.
  • Ne pas cultiver la nostalgie : On n’est pas ami, on ne mange pas, on ne dort pas, on ne sort pas avec son ex.…C’est donner de faux espoirs à son enfant. L’on doit avoir une entente cordiale avec l’autre parent, mais les rapports doivent strictement rester parentaux.
  • Pas d’hypocrisie : l’amour ne s’achète pas. Alors ne pensez pas, vous ou votre compagnon, faire accepter à votre enfant ce changement par des cadeaux ou autre attentions particulières. L’on doit rester naturel.
  • Ne pas s’imposer : que le nouvel arrivant n’impose pas son rythme, son éducation, ses valeurs à l’enfant. Cela doit se faire très progressivement et encore, avec l’idée d’accepter que tout ne se passe pas comme on le voudrait.

 

Il n’est pas question de présenter quelqu’un à son enfant alors que la séparation du couple est encore « fraîche » : si dans votre esprit, cela fait des mois que votre couple est « terminé », ce n’est pas le cas de votre enfant. Aussi, mieux vaut attendre un semestre pour lui permettre d’envisager que vous ayez quelqu’un d’autre dans votre vie. La patience et la compréhension de tous restent les clefs essentielles de la réussite d’une recomposition familiale. Même si c’est clairement une situation de plus en plus présente dans notre société contemporaine et que les enfants sont dans l’observation de ce qu’il se passe chez leurs camarades (ils sont donc davantage aux faits du phénomène de divorce et de séparation du couple parental que leurs aînés), l’adulte doit considérer que la temporalité psychique d’un enfant n’est pas la sienne.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également

Comment avoir un vagin heureux ?

Partie cachée de votre corps qui doit impérativement rester en bonne santé, le vagin est la plupart du temps négligé. Pourtant, au fil du temps,

Le sacrifice du salaire féminin!

L’inégalité salariale est un sujet très actuel, avec  un salaire plus faible d’environ 20% chez les femmes à poste égal. Si les femmes restent en