1er magazine de la Réunion et de l'Océan Indien

Comment les réseaux sociaux détruisent votre couple

Comment les réseaux sociaux détruisent votre couple ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Tout le monde ou presque est inscrit sur un réseau social. Que cela soit pour des motivations personnelles ou professionnelles, ces « outils » de communication font partie de notre vie (ou au moins, de celle de nos proches).

S’ « il n’y a pas de mauvais outils, mais que de mauvais ouvrier »,  on ne peut tout de même pas faire l’impasse sur cette question existentielle : « un réseau social peut-il mettre en danger mon couple » ?

La réponse vous vous en doutiez, est positive. En effet cet outil, s’il apporte son lot d’informations (bonnes ou mauvaises, c’est selon), peut également apporter son lot de désagréments :

  • Il monopolise votre temps, votre espace : c’est certain, un réseau social est chronophage et isole au sein de la famille, du couple, d’autant que vous êtes de plus en plus nombreux à multiplier les comptes (Facebook, Twiter…). On jongle finalement d’un réseau à un autre, comme on changeait de chaîne de télévision ; sauf qu’avant, ceux qui partageaient notre vie pouvaient nous dire d’arrêter de zapper ! Finalement, le réseau vous rapproche des inconnus, mais vous éloigne de votre famille !
  • Il vous rend souvent plus « parano » que d’habitude : vous surveillez les « likes » de votre compagnon, compagne, et vous vous faites des « films », d’autant qu’il/elle n’a pas « liké » votre toute dernière photo…De quoi ruminer pendant des heures pour un simple « pouce bleu » !
  • Il vous rend impulsif : justement, comme il n’a pas « liké » votre photo, vous avez décidé de « bannir » votre conjoint ! Ou encore de mettre un commentaire acerbe à destination de votre élu, qu’il n’est d’ailleurs pas certain de comprendre…
  • Il vous expose potentiellement aux « tentations » : sexuelles et amoureuses notamment ! De mon avis, Face-Book est un vrai catalogue de « poitrines surélevées » et de « bouches poisson-rouge », de même que d’abdominaux contractés…
  • Il expose votre vie aux autres : en mettant votre vie sur le net, les personnes savent ce que vous avez fait, y compris votre conjoint. S’il n’est pas grave d’exposer votre dernière gourmandise sucrée (une banana-split par exemple), il n’en va pas de même si l’on doit vous voir vomir pendant la dernière soirée avec vos amis de travail ou encore en train d’embrasser avec fougue votre secrétaire-comptable… Il n’est pas dit que votre conjoint apprécie… De même que toute vérité n’est pas bonne à dire (ou à voir) : il n’est pas judicieux que votre nouvel amour vous observe sur une photo peu glorieuse, car cela risquerait de casser brutalement l’idéal qu’il s’était fait de vous.
  • Il rend jaloux votre conjoint : on n’a jamais autant fouillé dans les téléphones de ses conjoints depuis l’avènement des réseaux sociaux…Ce n’est pourtant pas qu’il y ait plus d’infidélité qu’avant, mais simplement qu’elle est davantage exposée.
  • Il crée des ragots : sur les autres et sur vous. Vous avez aujourd’hui un vécu que vous ignoriez jusqu’alors…
  • Ne plus rien avoir à se dire : forcément, l’autre est possiblement informé avant vous ! Alors si dans le couple, personne n’a plus rien à ne se raconter, il manque là un sacré élément de partage et de complicité !
  • On sur-interprète : ou tout du moins, on interprète différemment, car une absence de ponctuation, un mot contracté change tout le sens de la phrase. De même, un émoticône n’est pas toujours très clair….
  • Il vous rend parfois plus « bête » : c’est scientifiquement prouvé, la qualité des lectures sur les réseaux sociaux laisse souvent à désirer…Les personnes ne lisent plus d’ouvrages, de revues de qualités, ne regardent plus de documentaires…Ce qui les intéresse, c’est souvent les dernières frasques de tel ou tel « people », membre de sa propre famille ou de son voisinage…

 

Alors, comment se mettre des limites ?

 

  • Ne pas avoir son téléphone professionnel sur soi : le boulot, c’est au boulot ! Donc on cloisonne les espaces tant personnels que professionnels.
  • Désactiver les notifications : pour ne plus être tenté de les lire et donc d’interagir. Tout ça par peur de « louper » une information ou pour réagir à un commentaire à propos de…votre propre commentaire !
  • Ne pas participer aux débats : dans la mesure du possible, car les débats sont souvent passionnés mais peu construits. Et puis, tout le monde s’improvise expert dans tel ou tel domaine…De plus, participer aux débats vous donne envie de continuer la discussion pour faire valoir, voire imposer vos idées…Cela peut être sans fin.
  • Ne pas déposer de vidéos ou photos personnelles : on l’a dit plus haut, le conjoint peut très mal interpréter et vous allez devoir vous justifier. Et si vous, vous avez la mémoire courte, ce n’est pas le cas d’internet.
  • Ne pas avoir son téléphone avec soi lorsqu’on est dans un moment dit de « couple » : ce serait l’idéal, car cela « sacralise » ce moment, nécessaire à l’épanouissement conjugal.
  • Privilégier la communication en face à face orale (ou au moins téléphonique) : « la petite communication écrite » du message instantané ou de la photo-vidéo, empêche la séduction et créé une situation presque impersonnelle. Ce ne sont plus des humains qui communiquent, mais avant tout deux comptes Instagram via deux téléphones portables !
  • Revenir à vos valeurs : n’avez-vous pas l’impression de passer à côté de quelque chose, de mettre votre couple en berne ?
  • Ne pas avoir de réseau social ? Sans doute la meilleure solution pour le couple !

 

On l’aura compris, l’humanité et donc le couple subissent aujourd’hui l’épreuve des nouvelles technologies. Si ces dernières sont devenues « nécessaires » à notre vie moderne, elles viennent aussi nous handicaper et nuire à la qualité de nos interactions. De fait, il convient pour tout à chacun, d’écouter les premiers signes de « ras-le-bol » de notre conjoint, à propos d’une éventuelle « phone-addiction ».

 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également