1er magazine de la Réunion et de l'Océan Indien

Se libérer de nos attentes pour ÊTRE

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

« Le plus grand obstacle à la vie est l’attente ;celui qui espère demain, néglige aujourd’hui. »
Sénèque

 

L’attente…

Vous passez une grande partie de votre temps à attendre : le bon partenaire, un emploi, gagner de l’argent, les vacances, le geste que vous désirez de l’autre, le mot que vous aimeriez entendre de l’autre, le bon moment, atteindre vos rêves ou vos objectifs…

C’est une attitude qui vous enferme dans un état constant de désir. Le désir étant considéré comme l’un des 3 poisons de notre existence (les autres poisons étant la colère et l’ignorance). Pour Bouddha, ce sont ces poisons qui cause la souffrance humaine.

Comment ? C’est ce que je vous invite à découvrir ici !

 

Les barrières qui se créent lorsque vous vivez dans l’attente.

 

L’attente limite votre perception de la vie qui vous entoure.

Vous occultez certains éléments de la réalité lorsque vous vous focalisez sur la manière dont vous désirez qu’elle se déroule. Cela vous empêche d’accueillir ce qui est juste pour vous et de voir sans le filtre de vos propres projections. Ainsi, malheureusement, vous pouvez passer à côté de petits moments de bonheur qui pourraient créer de la magie dans votre vie.

C’est comme si, enceinte, vous ne pensiez qu’à l’après-naissance et perdiez de vue les 9 mois de grossesse, pourtant remplis de merveilles : échographies, bébé qui bouge, émotions, ressentis, ou encore création du lien mère-enfant.

 

 

L’attente attire à vous la tristesse et la déception.

Attendre implique que vous vous concentriez sur ce que vous n’avez pas dans le moment présent. Or, plus vos pensées se fixent sur ce que vous n’avez pas, plus vous envoyez une résonance de manque à l’Univers, qui vous apporte… de l’attente et du manque !

Lorsque vous projetez vos propres désirs sur l’autre et que celui-ci ne réagit pas en cohérence avec eux, vous êtes déçu, frustré et vous émettez des pensées remplies d’émotions négatives, voire de jugements. Cela vous éloigne encore plus de ce que vous désirez.

De cette manière, vous restez pris dans un cercle infernal, qui meurtrit vos relations, que ce soit avec vous-même ou avec l’autre.

 

L’attente vous enferme dans un espace-temps qui ne vous permet pas de créer, de transformer

Il faut différencier « visualisation » et « attente » !

Travailler la visualisation, c’est avant tout savoir définir clairement ce que l’on désire. C’est, à un moment précis, prendre le temps de projeter dans l’Univers nos intentions de vie, puis de revenir dans le moment présent, pour mettre en place les actions nécessaires à l’atteinte de ses objectifs.

L’attente, quant à elle, implique de s’enfermer dans un espace-temps en suspens, où vous projetez vos souhaits, vos attentes, sur la vie et les personnes qui vous entourent. Vous n’êtes alors plus dans le moment présent, car vos pensées et votre corps sont sous tension, dans l’attente de la réalisation de vos désirs.

Or, c’est dans le présent qu’il vous est possible d’agir, de créer et de transformer.

Vous n’avez aucun pouvoir d’action sur le passé ou sur l’avenir !

 

Vous l’aurez compris !

Arrêter de vivre dans l’attente vous permettra :

  • de vous éloigner du jugement, de la critique envers vous-même et l’autre.
  • de voir et d’accepter l’autre tel qu’il est et d’accueillir tout ce qu’il a à vous offrir.
  • de ressentir et vivre pleinement les moments de bonheur présents. Car plus vous vibrez dans l’énergie de joie et d’amour que ces moments vous procurent, plus l’Univers vous offrira des expériences dans le même alignement.
  • de ressentir moins de tension, de pression, de frustration ou de déception dans les situations que vous vivez.
  • d’avoir davantage conscience de ce que vous avez déjà et d’en être reconnaissante. La gratitude est un état qui ouvre les portes sur les opportunités.

 

 

Comment ne plus vivre dans l’attente ?

 

Pour ne plus vous retrouver bloquée dans cet espace-temps de souffrance, il vous faut revenir au moment présent et appuyer sur « STOP ». Pour cela, il faut adopter une attitude d’attention, de présence, de conscience vigilante. Il vous faut ÊTRE à nouveau !

C’est ce que désigne l’expression MINDFULNESS ou PLEINE CONSCIENCE. Il s’agit là d’une attitude qui vous reconnecte à vos sensations, vos pensées, vos émotions et vos actions. Cela vous permet également de vous reconnecter à votre environnement, aux événements, aux gens qui vous entourent.

Car c’est en ayant pleinement conscience de ce que vous vivez dans le moment présent que vous allez pouvoir agir. Tâchez de vous souvenir que vous ne pouvez pas modifier votre passé, tout comme vous ne pouvez pas agir sur ce qui n’existe pas encore : demain est une illusion ! Tout se joue dans l’ici et maintenant.

Être dans le moment présent met naturellement fin aux attentes, car vous ne vous projetez plus dans un espace-temps incertain.

Quand vos attentes disparaissent, c’est le lâcher-prise qui prend le relais. Ainsi, vous replongez dans l’accueil de ce qui est, dans le ressenti de ce que cela vous procure et dans la reconnaissance de ce que cela vous apporte. Le résultat n’a plus sa place dans vos pensées.

N’oubliez pas que TOUT EST JUSTE ici et maintenant pour vous ! Car la vie vous apporte ce dont vous avez besoin pour devenir la version la plus lumineuse de vous-même.

Vivre dans le moment présent, vous permet d’améliorer votre qualité de vie au niveau physique et psychologique.

Vous le savez sans doute, tous les maux ont une origine émotionnelle. Donc, si vous effacez des sentiments tels que la tension, la colère, la frustration, la déception, l’angoisse, vous offrez à votre corps une base de bien-être fondamentale. C’est une pratique qui vous aidera à enrayer vos automatismes.

 

 

Quelques outils pour vous accompagner à revenir dans le moment présent.

 

La respiration consciente

Quand ?

  • Dès que vous sentez les émotions vous envahir.
  • Quand vous prenez conscience que vous subissez la situation.
  • Quand vous réalisez que vous respirez par le thorax et non par le ventre.

 

Comment ?

  • Appuyez sur STOP.
  • Prenez une profonde inspiration (en gonflant le ventre) et bloquez (compter jusqu’à 3), puis relâchez le plus lentement possible. (Refaire en 3 fois)
  • Fermez les yeux puis inspirez en 3 temps (pour débuter – les plus expérimentés peuvent faire en 5 temps). Pendant ce temps de retour au calme, prenez conscience de ce qui se passe dans votre corps, ressentez sans analyser, prenez seulement conscience de cette/ces sensation(s) qui vous traverse(nt).
  • Quand vous vous sentirez prête, ouvrez les yeux, souriez, remerciez pour ce moment que vous vous être offert. Puis repartez en adoptant un nouveau regard sur ce que vous devez faire.

 

Méditation

  • Vous pouvez suivre une méditation guidée, pour celles qui sont à l’aise avec ce procédé.
  • Pour celles qui débutent, fermez les yeux, prenez 3 profondes respirations et ramenez votre conscience à votre respiration qui est calme et lente. Puis laissez-vous être, simplement, ressentez. Ne luttez pas contre les pensées qui vont vous traverser, accueillez-les, puis laissez-les repartir aussi furtivement qu’elles sont apparues. Ramenez votre conscience à votre corps : sensation sur la peau, battement de cœur, …

Soyez dans l’ÊTRE ici et maintenant.

 

 

 

L’observation consciente

Quand ?

À tout moment de la journée, dans toute les tâches de votre quotidien (taper à l’ordinateur, boire/manger, se brosser les dents, faire la vaisselle, jardiner…).

 

Comment ?

  • Pour vous entraîner, vous pouvez commencer par mettre un objet, un fruit dans la paume de votre main. Prenez le temps d’observer (forme, couleur, particularité) et de rester contextuel. Puis ressentez ce que ce contact vous procure au creux de votre main.
  • Si c’est un aliment, portez-le en bouche et avant de le mâcher, prêtez attention à son goût, sa texture, les sensations en bouche. Ensuite, mâchez-le lentement, en étant attentive à tout ce que cela vous procure. Enfin, quand vous l’avalez, essayez de ressentir son passage dans votre corps.
  • Vous pouvez adopter la même attitude dans tout ce que vous faites. Par exemple, au lieu de laisser votre esprit vadrouiller pendant que vous vous brossez les dents, prenez conscience de la sensation du dentifrice en bouche, du bruit du frottement, de la texture de la brosse à dents en main…

 

Sans attendre, prenez la réalité telle qu’elle est, ni bonne ni mauvaise, juste faite de toutes les nouvelles données dont vous avez besoins pour créer, vous éveiller, faire différemment !

 

 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également

La femme indépendante

La femme indépendante est un sujet qui pourrait être traité longuement et en de nombreux sens, tant il y aurait à dire. L’évolution des femmes