Pourquoi femmes et hommes ne voient-ils pas les corvées de la même façon ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

A l’intention du lecteur : le texte qui va suivre a été rédigé avec beaucoup d’amour, beaucoup d’humour, et une véritable volonté de rire des petits riens qui font de la femme et de l’homme, deux êtres différents, mais qui s’aimeront toujours très fort…

 

Mesdames, vous avez l’impression d’être autant préposée aux corvées ménagères que votre arrière-grand-mère ? Messieurs, vous participez aux corvées et avez l’impression que vos efforts ne sont pas franchement reconnus ? Eh bien, malgré une évolution lente de la situation, un sondage IPSOS révèle qu’en 2018, 89% des Français estimaient que la répartition des corvées était en évolution depuis les 50 dernières années. Si, si ! Et en effet, il y a du mieux… Même s’il faut bien reconnaître qu’hommes et femmes ne voient pas vraiment les corvées, le ménage et les courses du même œil…

 

Question d’éducation. Voici en grande partie pourquoi femmes et hommes ne partagent pas encore les accessoires de ménage et de rangement de façon équitable. Souvenez-vous de vos mamies, Mesdames, il n’y a que 70 ans de cela, lorsque femmes au foyer, elles se devaient de tenir la maison impeccable avant l’arrivée de Monsieur. Eh oui Messieurs, vous étiez fort chanceux… Mais vous l’êtes toujours un peu !

 

 

En effet, s’il n’y a pas si longtemps que cela, les mœurs donnaient les pleins pouvoirs aux femmes en ce qui concerne la tenue de la maison, les choses changent progressivement. Et de cette façon, il n’est plus rare de voir un homme au foyer, un homme qui cuisine, ou un homme qui se lève toutes les nuits pour bébé afin de laisser sa femme se reposer.

 

Cependant, si pendant très longtemps le sexisme a été mis en avant pour expliquer cette inégalité face à la répartition des corvées, une étude américaine a démontré que si les hommes n’ont jusqu’à présent pas témoigné autant d’enthousiasme pour le balai, l’éponge ou la serpillière, c’est que l’utilité de cette activité enchanteresse ne leur sautait pas aux yeux.

 

Eh oui, Mesdames ! Vous auriez donc le chic pour vous enquiquiner de corvées qui peuvent largement attendre, comme la poubelle, qui enfle sans fin depuis 3 semaines et qui n’a pas l’air décidée à se sortir toute seule comme une grande. Et ça n’est pas parce que votre tendre moitié refuse de vous aider, mais seulement parce que la nécessité de réaliser toutes ces corvées n’est pas une évidence pour elle.

 

Il paraît ainsi parfaitement logique que pour faire des courses, du ménage et des corvées, des activités idéalement réparties entre hommes et femmes, l’accent doit être mis sur la communication.

 

 

C’est en tout cas ce que conseillent les spécialistes, qui estiment que le manque d’investissement ménager masculin peut en plus s’amplifier après un licenciement, de même que les hommes diplômés seraient nombreux à ne pas considérer les tâches ménagères comme une responsabilité, selon une étude américaine du Center for American Progress.

 

Alors à la réponse « Pourquoi femmes et hommes ne voient-ils pas les corvées de la même façon », il faut se rendre à l’évidence : les mœurs anciennes restent très ancrées dans les foyers actuels, plaçant les corvées au rang de responsabilités féminines souvent. Toutefois, il est important de garder en mémoire que les mentalités changent, et si les femmes tentent de faire bouger les choses, il faut avouer que les hommes sont aussi de plus en plus nombreux à se proclamer heureux papa au foyer, ou hommes de maison hors pair. Pour le bonheur de tous…

 

Pour conclure, l’égale répartition des tâches ne peut se faire que par le biais d’une conversation entre les intéressés, et d’un accord passé pour que chacun puisse trouver un équilibre. Et puis après tout, à deux on est plus forts, ensemble on va plus loin… et plus vite ! Alors au travail, et avec le sourire !

 

 

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également