1er magazine de la Réunion et de l'Océan Indien

Comment protéger son travail en période de crise ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

En période de crise, protéger son travail est essentiel, et d’autant plus lorsque l’on est entrepreneur. En effet, si les salariés n’ont vraiment pas le choix quant à leurs conditions de travail en période de crise, les travailleurs indépendants et entrepreneurs ont, de leur côté, des dispositions à prendre pour préserver leurs emplois. Dans cet article, La Woman Mag fait le point avec vous sur les solutions à envisager pour prendre soin de son entreprise en période sensible.

 

Travailler à distance

 

Les périodes de crise ont une influence très importante sur la cadence de votre activité, sur la productivité, sur la fréquentation de l’entreprise et plus généralement, sur la totalité de votre travail : rythme, finances, production, etc… Pour protéger votre travail en période de crise, il est important de prendre des mesures très spécifiques, qui sauront maintenir votre entreprise dans une bonne dynamique. Le travail à distance est la première de ces mesures.

 

En effet, le télétravail est une solution qui permet de maintenir un certain niveau d’activité tout en réduisant les coûts. Travailler à distance offre la possibilité d’économiser sur le loyer, sur l’électricité ou l’eau, qui peuvent rapidement faire monter la facture, mais aussi sur les autres frais que l’on ne voit pas nécessairement de prime abord, comme les consommables. Aussi, une réduction du temps de travail pour une partie de l’équipe, par le biais du chômage partiel notamment, aide à réduire les dépenses liées aux charges salariales, dans une période où les rentrées d’argent se font moins importantes.

 

 

Repenser son organisation

 

Une période de crise est aussi l’occasion de repenser son organisation. Il s’agit ici de remettre de l’ordre dans les activités de l’entreprise, afin de favoriser la réalisation de celles qui permettront à l’entreprise de ne pas être trop impactée. Ainsi, durant une crise financière ou sanitaire, il est de bon ton d’aller à l’essentiel, de replanifier les tâches, et de se concentrer sur les plus rémunératrices dans la mesure du possible. Vous avez en effet tout à gagner à abandonner temporairement les activités qui prennent du temps et qui fonctionnent moins bien, afin de privilégier celles qui sont plus faciles à gérer et qui sont davantage rémunératrices.

 

Revoyez les priorités de l’entreprise et surtout, veillez à éviter le surstock : ce dernier constitue des factures qu’il faudra payer à un moment ou à un autre, ce qui peut représenter un coup dur pour l’entreprise si la trésorerie vient à manquer. En effectuant une réorganisation nette des activités de l’entreprise, vous contribuez à protéger votre travail, celui de vos collaborateurs et votre structure toute entière.

 

 

Maîtriser l’endettement de l’entreprise

 

En période de crise, maîtriser l’endettement de l’entreprise est fondamental pour préserver son travail. Les lendemains étant incertains, il peut être intéressant de prendre rapidement contact avec son conseiller bancaire, afin de renégocier ses emprunts ou les faire étaler dans le temps. En effet, le but est de réduire les mensualités le temps de la crise et ainsi préserver les emplois de la structure. Aussi, il est important de faire toutes les économies possibles : l’argent non dépensé peut ainsi être épargné pour prévoir l’avenir.

 

Par ailleurs, la société de capital-risque Sequoia Capital préconise d’avoir toujours l’équivalent d’une année complète de trésorerie d’avance, afin de palier les crises comme celle que le monde traverse encore à l’heure actuelle. La protection des finances de l’entreprise est une étape cruciale pour protéger son travail en période sensible.

 

 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également

La femme indépendante

La femme indépendante est un sujet qui pourrait être traité longuement et en de nombreux sens, tant il y aurait à dire. L’évolution des femmes